AML World Awareness Day 21 April 2019

Traitement

Traitement de la LMA

L’objectif du traitement de la LMA est d’aider à contrôler les cellules leucémiques anormales et à rétablir l’équilibre des cellules sanguines saines dans la moelle osseuse.

La LMA n’est pas une maladie unique, mais présente plusieurs types. C’est ainsi que différents types de LMA peuvent avoir différents résultats et des traitements uniques.

Chimiothérapie

La chimiothérapie constitue le principal traitement classique pour la plupart des personnes atteintes de LMA. Elle consiste à utiliser des médicaments anticancéreux pour détruire les cellules sanguines leucémiques anormales et entraîner la rémission.

La rémission se produit lorsque plus aucune cellule leucémique anormale n’est présente dans le sang et la moelle osseuse et que les cellules sanguines normales se développent à nouveau. Le traitement de chimiothérapie est généralement donné en deux phases principales : l’induction et la consolidation.

Phase d’induction

Il s’agit de la première phase du traitement, dont l’objectif est d’éliminer les cellules leucémiques anormales et de les empêcher de se multiplier dans le sang et la moelle osseuse. Les médicaments de chimiothérapie par induction les plus couramment utilisés sont la cytarabine et une anthracycline comme la daunorubicine ou l’idarubicine. Parmi les autres médicaments d’induction utilisés, nous pouvons citer une formulation de daunorubicine et de cytarabine (Vyxeos), approuvée aux États-Unis et en Europe pour le traitement de patients atteints de certains types de LMA, notamment la LMA liée au traitement et la LMA associée à des modifications de la myélodysplasie.

La chimiothérapie peut parfois être administrée avec des médicaments qui ciblent des gènes spécifiques (traitement ciblé) ayant subi des mutations dans des cellules anormales.

Phase de consolidation

Cette phase du traitement de chimiothérapie vise à éliminer toutes les cellules leucémiques anormales restantes qui peuvent être présentes après la chimiothérapie d’induction, mais qui ne sont pas détectées. Cela réduit alors le risque de réapparition de la leucémie. La phase de consolidation comprend la poursuite du traitement par chimiothérapie.

Dans certains cas, le traitement par chimiothérapie et le traitement ciblé sont parfois suivis d’une greffe de cellules souches. Le traitement anti-leucémique (chimiothérapie et traitement ciblé) détruira certaines cellules sanguines (anormales et normales), puis une greffe les remplacera par des cellules souches qui produisent des cellules sanguines saines normales.

Traitement ciblé

Au cours des dernières années, de nouveaux médicaments ont été mis au point pour cibler des anomalies génétiques spécifiques ou des protéines spécifiques observées dans les cellules leucémiques. Ces médicaments ciblés agissent différemment des agents chimiothérapeutiques standard et peuvent être utiles pour les patients qui présentent un type particulier d’anomalie génétique. Ces médicaments ciblés ont également des effets secondaires différents de ceux des agents chimiothérapeutiques. Certains traitements ciblés approuvés pour des types spécifiques de LMA sont présentés ci-dessous.

La midostaurine (Rydapt)

Des modifications anormales dans le gène FLT3 se produisent dans environ 30 % des cas de LMA. Ces modifications génétiques contribuent à expliquer pourquoi les cellules leucémiques deviennent anormales dans le cas de la LMA. La midostaurine est un médicament qui cible ce gène FLT3 anormal et bloque sa fonction. Elle est approuvée aux États-Unis (par la FDA) et en Europe (par l’EMA), pour être utilisée avec la chimiothérapie classique afin de traiter les patients adultes, nouvellement diagnostiqués avec la LMA et qui présentent des modifications anormales du gène FLT3.

L’énasidénib (Idhifa)

Dans certains cas de LMA, des modifications anormales dans le gène IDH2 se produisent. L’énasidénib est un médicament qui bloque la fonction du gène IDH2 dans les cellules leucémiques. L’énasidénib est approuvé aux États-Unis par la FDA pour traiter les patients dont la LMA est réapparue après un traitement (récidivante) ou les patients qui n’ont pas répondu au traitement initial (réfractaire) avec des modifications anormales au niveau du gène IDH2.

Le gemtuzumab ozogamicine (Mylotarg)

Le gemtuzumab ozogamicine contient un anticorps qui est une protéine immunitaire synthétique, liée à un médicament chimiothérapeutique. L’anticorps se fixe à une protéine spécifique appelée CD33 présente à la surface de la cellule leucémique. Aux États-Unis, le gemtuzumab ozogamicine est approuvé par la FDA pour les patients LMA adultes nouvellement diagnostiqués dont les cellules leucémiques présentent la protéine CD33. La FDA l’a également approuvé pour les adultes et les enfants qui présentent une LMA récidivante ou réfractaire. En Europe, le gemtuzumab ozogamicine est approuvé pour le traitement des patients âgés de plus de 15 ans dont les cellules leucémiques présentent la protéine CD33.

L’ivosidenib (Tibsovo)

Dans certains cas de LMA, des modifications anormales dans le gène IDH1 se produisent. L’ivosidenib est un médicament qui bloque la fonction du gène IDH1 dans les cellules leucémiques. Il est approuvé aux États-Unis par la FDA pour traiter les patients dont la LMA est réapparue après un traitement (récidivant) ou les patients qui n’ont pas répondu au traitement initial (réfractaire) avec des modifications anormales au niveau du gène IDH1.

Traitement de la leucémie promyélocytaire aiguë (LPA)

La LPA est traitée différemment des autres formes de LMA. Les cellules LPA présentent une modification dans les gènes qui les rend sensibles à des médicaments spécifiques. Souvent, le traitement de la LPA consiste en un médicament non chimiothérapeutique appelé ATRA (acide tout-trans-rétinoïque, trétinoïne) en association avec une chimiothérapie à base d’anthracycline ou de trioxyde d’arsenic (Trisenox).

Aux États-Unis, la FDA a approuvé l’utilisation du trioxyde d’arsenic en association avec l’ATRA pour le traitement des adultes présentant une LPA à faible risque nouvellement diagnostiquée et marquant la présence du gène anormal PML/RARα. Le trioxyde d’arsenic est également approuvé par l’EMA et la FDA pour traiter les patients atteints de LPA récidivante ou réfractaire qui présentent des modifications anormales dans le gène PML/RARα.

Certains types spécifiques de LMA ne font actuellement l’objet d’aucun traitement approuvé. Cependant, il pourrait y avoir un nouveau traitement ciblant un type spécifique de LMA qui n’est pas encore approuvé, mais qui est disponible dans le cadre d’un essai clinique (études de recherche).

Qu’est-ce qu’un essai clinique ?

Un essai clinique est une étude de recherche qui peut servir à améliorer les traitements actuels ou à obtenir plus d’information sur un nouveau traitement prometteur en ce qui concerne son efficacité et son innocuité.

Un médecin spécialisé pourrait suggérer un nouveau traitement pour un type spécifique de LMA qui n’est pas encore approuvé, mais qui est disponible dans le cadre d’un essai clinique. Plusieurs essais cliniques en cours visent à soutenir de nouveaux traitements prometteurs contre la LMA.

La participation à un essai clinique pourrait être une option pour les personnes atteintes de LMA, car les essais donnent accès à de nouveaux traitements qui ne sont pas encore approuvés. S’il vous est offert la chance de participer à un essai clinique, vous pourriez être l’une des premières personnes à bénéficier d’un nouveau traitement. Toutefois, il est également possible que le nouveau médicament ne soit pas meilleur ou pourrait être pire que le traitement classique.

Quels sont les effets secondaires du traitement que je pourrais avoir ?

Différents traitements peuvent entraîner différents effets secondaires. Pour la plupart des patients, les effets secondaires sont temporaires et disparaîtront une fois le traitement terminé.

La réaction à un traitement varie d’un patient à l’autre. Les effets secondaires varient également selon le type de traitement et sa durée. De plus, les effets secondaires associés à la chimiothérapie sont différents de ceux d’un traitement ciblé. Les effets secondaires d’un traitement ciblé dépendent principalement de ce que le médicament cible.

Les effets secondaires courants liés au traitement sont la fatigue, un risque accru d’infection, des nausées (se sentir malade), des vomissements (être malade), la perte de cheveux, des éruptions cutanées et l’anémie (faibles taux de globules rouges).

Le traitement contre la LMA peut parfois entraîner des effets secondaires qui ne disparaissent pas une fois le traitement terminé, ou des effets secondaires qui se développent longtemps après la fin du traitement. La lésion importante du muscle cardiaque fait partie de ces effets secondaires. Il arrive parfois que les traitements entrainent l’infertilité et le risque de développer un autre type de cancer.

Vous n’êtes pas seul(e)

De nombreuses ressources sont mises à votre disposition. Vous pouvez y trouver des informations plus détaillées sur la leucémie myéloïde aiguë (LMA) en plus du soutien qu’elle vous apportent.

Suivez-nous

Connectez-vous sur nos réseaux sociaux pour rester informé sur les dernières informations et activités de Known AML.